Aujourd’hui Poppy vous parle série. Parce que chez Porte-plume on n’aime pas que les livres ! Même s’il faut l’avouer on adore imaginer pour vous des livres sur-mesure, des biographies pour vos familles, des récits d’aventure pour vos enfants ou des livres d’entreprise très sérieux…

Alors Poppy, tu nous conseilles quoi comme nouvelle série ?

« Anne with an E est une série disponible sur Netflix depuis 2017, elle traite les thèmes de l’identité, du féminisme et de l’adoption. L’histoire se passe dans les années 1890, où le féminisme n’est encore que très timide. C’est une adaptation du livre de Lucy Maud, Anne… la maison aux pignons verts.

Cette série raconte l’histoire d’une petite fille, Anne, orpheline débordante d’imagination qui a soif d’une vie de famille et qui rêve d’avoir des amis. Les mésaventures d’Anne (brusquée à l’orphelinat, mal traitée dans des familles d’adoption de courtes durées) n’amoindrissent pas sa joie de vivre, elle reste toujours bavarde et souriante. Elle saura tirer parti de son passé et voir le côté positif des choses.

Cette saison montre les capacités d’adaptation de cette jeune fille lorsqu’elle est adoptée définitivement par une famille, où elle avait été envoyée sur un malentendu au départ. Elle doit d’abord se faire accepter par sa nouvelle famille, Matthew et Marilla une vieille dame et son frère qui n’ont pas eu d’enfants, car ces personnes voulaient un garçon pour aider Matthew à s’occuper de la ferme. Ensuite, elle devra se faire accepter par la communauté environnante qui est assez conservatrice. Elle saura se faire accepter grâce à son esprit vaillant, son intelligence et sa gaieté.

Marilla, la mère adoptive, souhaitait en fait absolument un garçon pour aider Matthew à la ferme. La fillette le comprend vite et essaie de se prouver apte aux activités physiques que requière la ferme. A seulement 13 ans, Anne a des pensées très avant-gardistes pour l’époque grâce aux nombreux livres qu’elle dévore. En effet, dans la communauté où cette nouvelle famille vit seulement un petit groupe de femmes pensent que le féminisme est une valeur importante.

Ann with an E traite de l’identité personnelle car la jeune fille ne connaît pas l’histoire de sa famille ni même celle de ses parents, elle a donc dû se forger sa propre identité et se créer une histoire, ou plusieurs histoires, grâce à son imagination débordante et sa culture générale. Pour combattre la dure réalité et oublier le fait qu’elle n’ait pas de famille, elle ne cesse d’inventer des histoires toutes plus positives et inventives les unes que les autres. Cela met donc en évidence l’importance de l’histoire familiale et le manque éprouvé lorsque celle-ci n’existe pas, car l’orpheline n’a de cesse de s’inventer une famille pour avoir la sensation d’avoir des relations et une histoire.

Cette petite fille qui s’invente un passé m’a fait prendre conscience de l’importance des souvenirs et de la mémoire familiale. C’est si important de connaître ses racines pour pouvoir se construire et s’épanouir.

Ecrire sa biographie ou son livre de famille est finalement un cadeau qu’on fait à sa descendance. Nos enfants et petits-enfants auront un jour besoin de connaitre leurs origines, leurs histoires. Savoir d’où on vient pour savoir qui on est.
De plus, décider d’écrire sa biographie permet de se remémorer les souvenirs et de passer du temps avec ses proches en parlant du passé, c’est aussi l’occasion de créer de nouveaux souvenirs précieux.

Cette série émouvante permet de ne pas oublier l’importance qu’une famille aimante a sur un enfant, qu’il n’y a pas d’histoire de famille banale et que chaque histoire compte.
Chaque histoire vaut la peine d’être racontée pour qu’elle puisse rester dans les mémoires pour de nombreuses générations à venir. Avant cela, écrire son histoire permet de s’aider soi-même en se remettant en question, en apprenant à se connaitre lors de la confection et du choix des anecdotes à raconter. »

 
Merci Poppy pour ces conseils, nous allons donc regarder la série Anne with an E et envisager d’écrire notre biographie avec Porte-plume, c’est bien cela ?