Carnet de voyage

J’ai toujours aimé voyager. Découvrir de nouvelles cultures, d’autres coutumes, d’autres horizons. Mais ce que j’aime tout autant, dans le voyage, c’est le fait de rapporter des souvenirs – plutôt dans la tête que dans la valise – et pouvoir les partager.

J’ai retrouvé récemment un carnet de voyage que j’avais réalisé en école primaire (oui, si jeune et déjà le goût du partage des souvenirs !), retraçant notre petit séjour scolaire aux Pays-Bas, à grands renforts de photos mal cadrées et surexposées, et de dessins de moulins et de tulipes colorées. Mignon, et surtout jolie trace restante de ce périple dont, avouons-le, je ne me remémore pas grand chose aujourd’hui.

Au fond de ma bibliothèque, dans ces deux boîtes cartonnées, s’entassent toutes les photos prises à l’appareil argentique, rangées dans leur étui papier et accompagnées des négatifs. Barcelone, Ile Maurice, Bali, Maroc… Tout est très bien noté et étiqueté, et pourtant, je ne regarde jamais ces photos-là. Rangées trop loin de mon quotidien, et surtout assez peu expressives prises simplement bout à bout, sans liant, sans histoire qui les raconte.

Nos souvenirs dans un livre

L’ère du tout numérique a certes permis de trier, classer et accéder à nos photos plus facilement (un clic de souris et hop !), mais ne nous voilons pas la face : cachés dans un ordinateur dans un simple fichier photos, nos souvenirs de voyage ne sont pas vraiment exploités à leur juste valeur.

Le fait de tenir un blog personnel m’a donné l’habitude, ces dernières années, de raconter mes différents voyages sous forme de billets, où je retrace un peu mon aventure, mon parcours, les émotions ressenties et mes adresses coup de cœur (ou coup de gueule parfois). Le tout saupoudré de quelques photos soigneusement choisies pour illustrer mes propos. C’est un travail fastidieux, certes, mais lorsque je me replonge dans mes anciens articles, je revis en un instant tous ces voyages fabuleux, et j’ai l’impression d’être partie en vacances une seconde fois.

 

Gros bémol à cette méthode : tout cela reste très virtuel, et le contact de l’ordinateur ne peut décemment pas remplacer un bel ouvrage à feuilleter, page après page. Retracer un itinéraire sur une carte routière, mélanger harmonieusement texte et photos, légendes et commentaires. Et glisser, enfin, entre les pages, quelques vestiges de notre voyage, comme tickets de musées, cartes de visite de bons restaurants, ou prospectus local amusant…

Autant de petits détails qui aident à façonner un vrai carnet de route, un livre-souvenir complet qu’on feuillette  avec délice pour se replonger dans l’exotisme de nos destinations, et qu’on prête volontiers aux amis demandeurs de bons conseils.  Une sorte de super Guide du Routard fait sur-mesure par nous, pour nous, et qui constitue notre Saint-Graal des livres de voyage.

 

Des envies de livre ? cliquer ici