Ça y est, les épreuves du bac 2017 ont commencé ! Comme tous les ans, les lycéens planchent d’abord pendant quatre heures sur la philosophie, avant de s’attaquer au sujet d’histoire puis d’enchaîner avec les langues vivantes. Au total, sept épreuves réparties sur une semaine et demie. Une semaine et demie pendant laquelle ce sujet (sans mauvais jeu de mots) passionnera tous les réseaux sociaux et les médias d’information.

 

Un passage obligé dans notre société

Si on en parle autant, alors même qu’on l’a passé pour certain il y a fort longtemps, c’est qu’aujourd’hui le bac est ce qui se rapproche le plus d’une épreuve rituelle de passage à l’âge adulte. Des jeunes entrent dans les gymnases transformés en salles d’examen, encore des adolescents, mais ceux qui recevrons les diplômes tant convoités seront de jeunes gens prêts à entrer dans la vie active, de jeunes adultes sur le point de commencer une nouvelle étape, de se lancer dans une nouvelle période, de nouveaux projets, bref : de vivre leur futur.

Pragmatiquement, c’est vrai qu’actuellement le bac sert à la fois de repère et de point de départ pour tout ce qu’un jeune adulte veut entreprendre : faire des études, commencer à travailler. Avoir son bac offre un statut social aux lycéens qui entraient encore avant dans la catégorie des enfants. D’ailleurs, cette épreuve arrive pour la plus grande partie des élèves la même année que leurs dix-huit ans. Le bac et la majorité se combinent pour leur offrir une sorte de lot de bienvenue dans l’âge adulte. De plus en plus de jeunes enchaînent en général avec le permis de conduire pour compléter cet ensemble et s’avancer encore plus près de l’indépendance.

Toutes ces étapes ont un point commun : elles nous marquent. On ne les oublie pas et on les compte même parmi les souvenirs les plus marquants de notre vie. En effet, elles font partie de ces « premières » fois qui nous font avancer au long de notre parcours.

 

Un acte de reconnaissance

Les épreuves du bac font partie de ces moments qu’on voudrait ne jamais avoir à se rappeler, et qui restent en même temps parmi nos souvenirs les plus marquants. Les sujets (moments douloureux mais si courts à l’échelle d’une vie) sont la reconnaissance ultime des trois années passées à rabâcher des cours pas forcément intéressants au lycée.

Aujourd’hui, le bac fait partie des évènements les plus médiatisés chaque année en France : que ce soit au journal télévisé quotidien, à la radio, dans les journaux imprimés, sur internet, tout le monde en parle, tout le monde va consulter et débattre des sujets qui ont été décidés par les commissions du ministère de l’Education Nationale. Et c’est une coutume nationale que d’affirmer et défendre que le sujet qu’on a soi-même eu plusieurs années auparavant était vraiment plus dur, et qu’aujourd’hui le bac est donné à tous les élèves !

Cependant, ceux qui le réussissent obtiennent en même temps une vraie reconnaissance de la société. D’abord dans les cellules proches, comme la famille : d’ailleurs l’obtention du bac est souvent prétexte à un cadeau, plus ou moins important, ou à une célébration particulière, une sortie un peu hors du quotidien.

Puis dans un cercle plus large : l’université, les jobs étudiants… autant de lieux où avoir son bac est une carte d’entrée assurée.

 

Le premier jour du reste de notre vie

Tout le monde se souvient de son bac, de ses notes, de ses sujets. C’est une étape importante, un moment clé qu’on n’oublie pas et qu’on pourra sûrement raconter dans notre biographie.

Après le bac, ce sont les études, puis la vie professionnelle, avec en parallèle une vie personnelle qui peut rapidement devenir une famille… et sans qu’on s’en aperçoive, on est à la retraite, avec des petits-enfants plein le jardin, une vie bien remplie sur laquelle se retourner sans regrets mais avec une douce nostalgie. Après le bac, il reste toute la vie à vivre jusqu’au bout. Toute une vie dont on pourra être fier, toute une vie qu’on pourra raconter aux plus jeunes, quand à la veille de leur bac ils seront terrifiés par le monde qui les attend.

Certes, dans cette nouvelle partie de vie qui s’ouvre après le bac, il y a beaucoup de complications : trouver son orientation professionnelle, financer ses études, réussir d’autres examens (hélas chers bacheliers, vous n’avez pas fini de vous asseoir quatre heures dans une salle pour plancher sur des questions étranges). Mais tous ces problèmes deviennent bien vite accessoires quand on sait profiter de sa jeunesse. Car juste après le bac, c’est le moment idéal pour se tester, faire le plus d’expériences possibles : partir à l’étranger, vivre seul, s’inscrire à des cours de yoga ou de danse contemporaine.

 

Prendre son envol, en utilisant le bac comme tremplin pour s’élancer.

 

Marie