Questions posées à Alexandre Lascar, biographié :

En quoi les éditions Porte-plume vous ont-elles aidé à écrire votre histoire ?

Quand mes enfants m’ont offert ce projet de biographie pour mon anniversaire, j’étais anxieux. Comme tout un chacun, j’avais envie de transmettre à mes descendants les bons et les moins bons événements de ma vie. Mais je n’étais pas sûr de réussir à m’y atteler. Porte-plume m’a aidé à mener à bien mon désir : très bien conçu, le questionnaire est une bonne introduction au travail. Les entretiens, menés par une personne de qualité, aident à rassembler des souvenirs jusque-là dispersés pêle-mêle dans la mémoire. Selon moi, Porte-plume est une entreprise qu’il fallait créer : permettre à chacun de devenir l’écrivain de sa vie est une expérience unique, que je recommande à tous.

 

Que retirez-vous de cette expérience ?

Au moment de la retraite, où l’on a davantage de temps, il est important de marquer une pause, de regarder en arrière pour apprécier d’un œil nouveau ce qu’on a traversé sans y penser. Réaliser ce livre m’a permis de faire un bilan, en prenant du recul sur ce que j’avais vécu. J’ai pu prendre conscience que malgré les incertitudes, les perturbations de l’existence, j’avais réussi à mener ma vie comme je le souhaitais. Transmettre son histoire est aussi un geste d’amour envers les siens. Lorsqu’on met un enfant au monde, on ne cherche pas seulement à assurer son confort matériel, mais aussi à lui inculquer des valeurs qui lui apporteront du bien-être. Dans ce livre, j’ai essayé d’expliquer en détail mes choix d’éducation pour aider mes descendants à mieux comprendre qui ils sont. J’ai souhaité leur donner des repères dans un monde où l’on a moins le temps de communiquer, pour qu’ils puissent s’y référer quand ils auront un problème. J’ai aussi voulu qu’ils connaissent l’époque à laquelle j’avais vécue.

 

Quelle a été la réaction de vos proches en lisant votre biographie ?

J’ai été très touché par leurs compliments. Entendre ma fille me dire : « Papa, c’est tout à fait toi », m’a fait du bien. J’ai fait des jaloux ! Toute ma famille était émue, ceux qui avaient vécu les événements directement comme ceux qui les ont appris à la lecture de mon livre. Depuis, nous discutons davantage ensemble, nos liens se sont resserrés.